Programme Youth.Heritage.Africa : la jeunesse sensibilisée sur sa responsabilité face à la préservation du patrimoine culturel africain

Exif_JPEG_420

( Une réunion de planification stratégique réunit à l’Epa et pendant six jours, des jeunes venus d’une vingtaine de pays africains)

A l’Ecole du Patrimoine Africain située à Porto-Novo dans la capitale du Bénin, les jeunes venus de plusieurs pays africains ont démarré mercredi 17 novembre 2021, une réunion de planification stratégique dans le cadre du programme Youth.Heritage.Africa (Jeune.Patrimoine.Afrique,  ndlr).

La jeunesse africaine à l’école de la préservation et de la promotion du patrimoine africain. A cet effet, le centre international d’études pour la conservation et la restauration des biens culturels (ICCROM), le fonds pour le patrimoine mondial africain (FPMA) et l’école du patrimoine africain (EPA) ont de commun accord initié une réunion de planification stratégique dans le cadre du programme Youth.Heritage.Africa.

Pendant six jours c’est à dire du 16 au 21 novembre 2021, les jeunes venus d’une vingtaine de pays africains seront sensibilisés et mieux outillés sur la gestion du patrimoine culturel africain et surtout leur engagement à promouvoir et préserver ces patrimoines. Pour le directeur de l’école du patrimoine africain, ce programme doit à terme permettre à la jeunesse africaine de tirer profit de son patrimoine africain.

«Le programme Youth.Heritage.Africa que l’ICCROM et le fonds pour le patrimoine mondial africain et l’EPA accompagnent depuis maintenant deux ans est un programme qui doit à terme permettre à ce que les jeunes africains soient mieux impliqués dans la gestion du patrimoine,  mais que le patrimoine deviennent un outil de développement économique pour la communauté mais aussi pour les jeunes», a laissé entendre Franck Ogou.

C’est pourquoi, la responsabilité des jeunes est formellement sollicitée, appuie Dr Purity Kiura, représentante officielle de l’ICCROM. «Nous sommes là pour réveiller la jeunesse, amener la jeunesse à comprendre que son identité se trouve dans son patrimoine», a-t-elle ajouté.

«En Afrique, la jeunesse, surtout les personnes de moins de 35 ans représentent plus de 60% de la population. Et cette représentation n’est pas reflétée nécessairement dans les équipes qui animent les lieux du patrimoine», constate M.Souayibou Varissou, Directeur exécutif du fonds pour le patrimoine mondial africain. « C’est une grosse faiblesse qu’il faut combler» a-t-il relevé.

Au terme des activités qui durent six jours à l’Epa, les participants devront entre autres élaborer un plan directeur 2022-2026 pour couvrir tous les projets et activités dans le cadre du programme Youth.Heritage.Africa, afin d’assurer la cohérence de la mise en œuvre du programme. Les activités devront aussi par ailleurs permettre de mettre en place un réseau de jeunes leaders impliqués dans le patrimoine qui pourra être consulté dans les phases de planification et de mise en œuvre des projets. Les travaux prennent fin le  21 novembre 2021.

Ghislain Dossa Kakpo

192

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 − 12 =