Eau, éducation et état civil : une conférence publique s’ouvre ce jeudi sur la qualité des services publics fournis au Bénin

Il s’est ouvert ce jeudi 18 avril 2024 au palais des congrès de Cotonou, une conférence publique sur les référentiels d’évaluation de la qualité des services publics fournis au Bénin. Les travaux lancés par le ministre s’Etat, en charge du développement et de la coordination de l’action gouvernementale porteront notamment sur les services fournis dans le secteur de l’eau, de l’éducation et de l’état civil.

Deux jours pour évaluer la qualité des services fournis aux populations dans le domaine de l’eau, l’éducation et de l’état civil. Les participants venus de plusieurs villes du Bénin s’inspireront des différents référentiels qui seront mis à leur disposition pour sortir, vendredi 19 avril 2024, les recommandations.

Les deux jours que vont durer les travaux seront caractérisés par des panels, des travaux de groupe et enfin des synthèses de travaux de groupe et des recommandations. La cérémonie inaugurale est caractérisée par deux allocutions officielles à savoir : Celle de madame Elisabeth Pitteloud Alansar, cheffe de coopération internationale de la suisse au Bénin et le discours du ministre d’Etat en charge du développement et de la coordination de l’action gouvernementale.

Pour le ministre d’Etat Abdoulaye Bio Tchané, cette conférence publique « participe, du fait de ses objectifs, à la réalisation de l’ambition du Gouvernement de doter notre pays d’une administration moderne et performante ». L’autorité reste par ailleurs confiante qu’au bout des deux jours de travaux, « les objectifs de cette conférence publique seront atteints au regard des qualités intrinsèques et collectives des participants ».

La cheffe de coopération internationale de la suisse au Bénin a pour sa part, exprimé toute sa reconnaissance à tous les acteurs impliqués dans l’organisation, pour la réussite de la cérémonie d’ouverture de ladite conférence. Elle a aussi exhorté les acteurs intervenant dans les secteurs concernés par les travaux à toujours privilégié la redevabilité, « fondement essentiel d’une gouvernance transparente, inclusive et efficace des affaires publique », va-t-elle souligner.

Ghislain Dossa Kakpo

204

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 × 11 =